LA SACEM ET SES SOCIÉTAIRES: RÉAGIR

Vous êtes sociétaire à la Sacem (ou vous êtes en relation avec des personnes dans ce cas)
Vous ne vous appelez ni Renaud, ni Manu Chao (pour des raisons diamétralement opposées…)
Vous en avez assez de l’opacité de cette structure et des promesses non tenues d’une meilleure communication (cf. les journées de discussion et d’information par branche musicale, une seule concernant la musique symphonique a été tenue en avril 2004, d’autres étaient prévues, depuis, rien… )
Vous êtes en désaccord avec sa politique culturelle notamment concernant son alliance avec les majors et le gouvernement à propos du P2P
Vous condamnez sa participation à la politique aveugle et stupide de répression des téléchargements appelés à tort “pirate”
Vous pensez que la Sacem, de plus en plus, ne représente et ne bénéficie qu’aux gros (éditeurs, auteurs et artistes),
Vous pensez que nous sommes nombreux à critiquer cette situation bloquée, et que pourtant nous demeurons invisibles, en dehors des “habituésé des médias”

ALORS IL EST TEMPS DE FAIRE ENTENDRE NOS VOIX, D’UNE MANIÈRE OU D’UNE AUTRE (un devoir pour des musiciens non?! 😉
NOTAMMENT LORS DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE JUIN POUR L’ELECTION DU CA!

ACTIONS PROPOSÉES
– Investir l’assemblée générale pour les prochaines elections du CA le 15 juin 2005 à 14h30 (Hotel Méridien, porte maillot)… Et raler haut et fort.

– Ne voter massivement à cette occasion que pour des candidats qui se prononceront clairement pour une autre politique culturelle. Les candidats n’ont pas de programme, mais un CV qui sera bientot en ligne.

– Harceler les candidats pour qu’ils précisent leurs points de vue sur les problèmes précités.

– Dans le cas où aucun candidat ne corresponderait à nos critères, chercher parmi nous ceux qui sont éligibles et qui sont prêts à aller au charbon.

-Mettre régulièrement la Sacem en face de ses responsabilités d’informations (depuis quelques temps claironnées haut et fort), les prendre au mot. Les réponses tournent vite court, au mieux ils ignorent eux-même le véritable contenu des informations officielles (par exemples de la Lettre mensuelle), au pire un silence éloquent vous répondra…
Exemple:
Chacun de nous peut se présenter à la Commission prévue à l’article R321-6-3 du code de la propriété intellectuelle. Or cette commission n’a jamais siégé, c’est une “obligation légale” et son objectif semble confus pour les gens de la Sacem (ceux que j’ai eu au téléphone). A priori, le seul pouvoir de cette commission est d’autoriser ou non un sociétaire qui en fait la demande d’accéder à des documents internes à la sacem. Un possible cheval de Troie?

– Se renseigner sur ce que proposent les sociétés de gestion de droits d’autres pays européens, notamment concernant le p2p. Jouer sur le chantage d’un départ massif? Nous ne pouvons supporter plus longtemps d’etre les otages muets d’outils dépassés par les événements (sacem, majors, ministre de l’industrie).

– Discuter de l’eventualité d’une association avec les adhérents de la Spedidam et de l’Adami (qui souvent se confondent avec ceux de la sacem), 2 organismes qui ont au moins comme qualité d’écouter leur base, et de proposer des solutions au P2P un peu plus nuancées et réfléchies.

POUR COMMENCER LES DISCUSSIONS:
JE VOUS PROPOSE DE VOUS INSCRIRE À LA LISTE DE DISCUSSION EN ENVOYANT UN MAIL À:

nosvoix-subscribe@jukozone.org
(FAITES TOURNER L’INFO A VOS CONNAISSANCES POTENTIELLEMENT CONCERNÉES!)

OU

EN ME RÉPONDANT POSITIVEMENT À CE MAIL ET JE VOUS INSCRIS MANUELLEMENT.

NOUS POURRONS ALORS COMMENCER À DISCUTER SUR: nosvoix@jukozone.org

Ce sont des pistes de réflexions, certainement incomplètes, et pour l’instant je ne représente que moi-même. Mais j’ose espérer ne pas être seul en ce moment à me sentir l’alibi et l’otage d’organismes censés défendre mes droits.
Que nos voix fasse bouger les choses! 😉

@ bientôt
Juko
PS: s’il existe des initiatives de ce genre de “petits” sociétaires, je veux bien en être informé! Vu l’actualité, y’a des chances! Mettons en commun nos efforts!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *