Bande d’urgence

from inside
Ce pourrait être un bon nom de groupe, aux multiples résonances. Ce matin je suis monté derrière la petite maison, et j’ai vu le soleil se cacher derrière un pin, déployer ses multiples bras embrumés par la rosée au-delà du tronc, à la rencontre des branches les plus hautes. Sur lesquelles un écureuil sautait, s’arrêtait, sautait, s’arrêtait, sans doute la tête pleine de noisettes.
Je me suis adossé à un autre arbre, bu mon café, pris mon temps (comme du sable? comme du vent?), et j’ai contemplé. Un fragment de plénitude, à saisir à la volée, ni ne s’offre ni ne se destine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *